PrevNext

Aix-en-Provence - Couleur Cézanne

Bouches du Rhône - Aix-en-Provence
Aix-en-Provence -
Niveau
:   
Durée :   01h30
Distance :   4 km
Dénivelé :   115 m
Balisage :   
Environnement :   Montagne
Enfants :   Adapté
Type d'activité :   A pied

Découvrez la balade : Aix-en-Provence - Couleur Cézanne

Passionnément inspiré par sa silhouette évoluant au fil du journée, le peintre aixois a immortalisé la montagne sur 87 toiles

Lire la suite

Vous avez une idée de parcours ?

Créez un tracé avec le logiciel de circuit Se-balader.

Créer son parcours

Présentation détaillée de la balade : Aix-en-Provence - Couleur Cézanne

Porteuse des espoirs les plus fous, prête à recevoir les honneurs et les audaces d’un peintre au talent  longtemps boudé par les siens, Sainte-Victoire s’offre sans ambages à tous ceux qui ont l’esprit de  conquête et qu’un minimum d’effort ne rebute nullement. Dominant le pays aixois, cette montagne  apparaît paradoxalement aussi proche que lointaine, avec un sommet promis à être inaccessible. A  tort finalement. Car, il suffit d’enfiler de bonnes chaussures et de s’élancer sur un des sentiers qui  sillonnent sa face sud ou nord pour prendre conscience que tout un chacun pourrait, pour  paraphraser Picasso, qui s’était exclamé lors de l’acquisition de château de Vauvenargues : « J’ai  acheté la Sainte-Victoire de Cézanne ». En effet, quelle que soit la balade choisie, on n’échappe pas à  l’ambiance, aux paysages tantôt flamboyants, tantôt bucoliques engendrés par le rythme des saisons  et si bien dépeints par le maître aixois sur les 87 toiles (44 huiles et 43 aquarelles) représentant son  motif favori.

A Bibémus, peut-être encore plus qu’ailleurs, Cézanne semble habiter le site. Les points  de vue successifs que nous sommes amenés à apprécier nous apparaissent souvent familiers ; et ce  même si le temps à fait son œuvre et que certains lieux ont un tantinet évolué par rapport à celui  que l’on avait découvert sur un tableau peint il y a plus d’un siècle. En revanche, « Sainte » demeure  cette même « Sainte » pour laquelle le pionnier de la peinture moderne nourrissait une véritable  passion. Et c’est d’ailleurs sa masse rappelant un dinosaure qui nous accompagnera tout au long de  notre balade, avant de plonger au cœur des carrières.

Une balade sans aucune difficulté qui débute  par la traversée du plateau de Bibémus le long d’une piste roulante à souhait et bien ombragée. Alors  que l’on suit la direction « Barrage de Bimont, 1h10 », la végétation domestiquée par l’homme pour  éviter tout risque d’incendie laisse entrevoir l’oeuvre du père d’un vieil ami de Cézanne : le barrage  Zola. La retenue d’eau dans cet univers de garrigue apporte une jolie note émeraude et les points  jaunes invitent à fouler le sentier qui part sur la droite tout en se rétrécissant à l’amorce de la  descente. Un nouveau panneau (attention, il n’est pas très visible) « Barrage Zola, 15 mn » indique la  direction alors qu’il convient de regarder où l’on met les pieds tant le chemin est caillouteux jusqu’à l’ouvrage de pierre. D’une hauteur de 37,25 m, ce barragevoûte, un des premiers d’Europe, fut  construit entre 1847 et 1854 sans que François Zola (décédé quelques mois après le début des  travaux) ne puisse admirer son oeuvre.

Après un rapide aller-retour au-dessus de l’ouvrage, on  poursuit notre circuit en suivant « Bibémus » (les carrières) 40 mn » tout en appréciant le canal en  pierre sèche. La montée raide – seule difficulté du parcours – qui se présente ralentira notre rythme jusqu’à notre retour sur le plateau, où l’on appréciera le panorama sur le Tholonet, la Ste-Baume, le Garlaban et la chaîne de l’Étoile. En attendant de plonger au cœur des carrières. Mais à travers, cette fois, une visite guidée.

Lorsque Cézanne loue le bastidon (il l’appellera « le cabanon ») pour  entreposer son matériel et installe son chevalet au milieu des carrières, elles ne sont plus exploitées  depuis des décennies. Les parois de molasse calcaire, que l’on découvre sur le parcours aménagé,  conservent des stries obliques qui résultent des coups de pics portés par les carriers dans la roche  (entre l’époque romaine et le XVIIIe s) pour en détacher les blocs qui ont notamment servi à la  construction d’Aix. Dans ce paysage chaotique, onze huiles et seize aquarelles ont été réalisés entre  1895 et 1904, dont cinq motifs que l’on peut identifier in situ au fil de la visite. On pense notamment à  : « Le rocher rouge » (exposé au musée de l’Orangerie à Paris), les deux « Carrières de Bibémus » (Fondation Barnes et collection Stephen Hahn à New-York), « La carrière de Bibémus » (collection  privée), « La montagne Sainte-Victoire vue de Bibémus » (musée d’Art de Baltimore). Autant  d’oeuvres qui permettent d’apprécier l’évolution de la peinture cézanienne et qui confirment,  comme le rappelle notre guide, « qu’il était le père de la peinture moderne, avec des tableaux offrant  une géométrisation parfaite et en parallèle une harmonie avec la nature. D’ailleurs, il aimait  rappeler : lorsque la couleur est à sa richesse, la forme est à sa plénitude. ».

Chemin faisant le long  du superbe mur en pierre sèche datant de la Révolution et qui nous ramène vers le bastidon, on est  invité à faire une pause sur le belvédère pour admirer ce panorama qui faisait tant craquer Cézanne,  avec cette Sainte-Victoire dominant la vallée de l’Arc, et à sa droite, la Ste-Baume et la chaîne de  l’Étoile. En revanche, en empruntant ensuite le chemin des carriers, c’est la découverte de l’aquarelle  «  Arbre et rocher » face au rocher peint qui attirera notre regard et mettra un joli point final à cette  visite toute cézanienne.

Avis des randonneurs sur cette balade

Evaluation des randonneurs sur cette balade

0/5
0
  • Superbe balade !
    0
    (0 votes)
  • Un bon moment
    0
    (0 votes)
  • Peut mieux faire
    0
    (0 votes)
  • Je n'ai pas aimé
    0
    (0 votes)
  • J'ai détesté
    0
    (0 votes)
Laissez votre avis !
Donnez une note à cette balade
(5 étoiles : balade parfaite !)
Votre commentaire a bien été envoyé

Vous aimez Se-balader ? Soutenez-nous !


Likez-nous aussi sur Facebook, merci !