PrevNext

Le Sidobre - Sublime tumulte géologique

Tarn - Le Sidobre
Burlats - Burlats
Niveau
:   
Durée :   00h00
Distance :   64 km
Dénivelé :   490 m
Balisage :   
Environnement :   Campagne
Enfants :   Non adapté
Type d'activité :   En voiture

Découvrez la balade : Le Sidobre - Sublime tumulte géologique

A la pointe sud du Massif central, ce mystérieux territoire empli d'excroissances minérales géantes est aussi devenu, au fil de l'histoire, une terre de mémoire où bien des populations sont venues s'abriter, comme en témoigne encore l'intimité de ses villages secrets. PAR PÉRICO LÉGASSE

Lire la suite

Vous avez une idée de parcours ?

Créez un tracé avec le logiciel de circuit Se-balader.

Créer son parcours

Présentation détaillée de la balade : Le Sidobre - Sublime tumulte géologique

Il est des endroits de France où il fait bon aller parce que l’on s’y sent invincible. A l’heure où les effets pervers d’une globalisation brutale et d’une immigration mercantilisée ont tendance à rendre méfiant envers l’altérité, le Sidobre, comme bien des contrées de ce pays aux multiples visages, fait figure de refuge. Non pas le refuge de ceux qui se referment sur eux-mêmes par peur de l’inconnu, comme le sont souvent les derniers arrivés dans une société aux valeurs ancestrales, mais de ceux qui cherchent dans un juste environnement la pérennité d’une civilisation fondée sur l’espérance. Celle d’une forme de vie terrestre préservée de cette horreur économique que l’on nomme croissance, à laquelle les forces du marché sacrifient «doctrinement» l’avenir de l’humanité.

Le Sidobre n’est pas croissant, il n’en est pas moins constant, et s’en porte à merveille, pour la simple raison qu’il n’a jamais produit que ce dont il avait besoin. Voici une géologie de plus de trois cents millions d’années sur laquelle l’homme habite depuis la nuit des temps sans avoir en rien perturbé l’équilibre des lieux. Formé d’une poche granitique résultant d’une intrusion hercynienne dans des terrains métamorphiques du cambrien supérieur, après quoi rien ne peut plus arriver de bien grave à ce territoire sauvage et fascinant, le Sidobre est un vaste chaos minéral, parsemé de rochers aux formes magistrales, recouvert de forêts denses drainées de vallons lumineux où, çà et là, un lac ciselé joue le rôle de clairière aquatique. Un univers mystérieux dont les dieux celtes auraient pu faire leur résidence terrestre.

Sait-on seulement où se trouve le Sidobre ? Il se situe à la pointe sud du Massif central, dont il est une résurgence magmatique, entre monts de Lacaune et Montagne Noire, à la sortie de Castres, en allant vers Brassac. Un territoire d’à peine 90 km2 dont les bourgades ont pour nom Lacrouzette, Burlats, Roquecourbe, Saint-Salvy-de-la-Balme, Ferrières ou Vabre, reliées les unes aux autres par un réseau de petites routes, chemins et sentiers offrant à chaque virage ou coin de bois un paysage magnifique ou une scène insolite. Sitôt quitté la plaine, en empruntant la départementale 622, les premiers reliefs indiquent que l’on pénètre dans un monde à part, à la fois mélange de douceur campagnarde, de sérénité sylvestre et de puissance tellurique.

Lorsque surgissent, à flanc de colline ou au milieu des arbres, ces monuments naturels que sont les grosses boules de granite, moulées façon Botero et posées là comme par des géants en colère, on imagine le fracas volcanique auquel fut soumise cette contrée. Le temps et l’érosion ayant œuvré de concert pour nous offrir la majesté des paysages actuels, les accidents géologiques de l’ère secondaire sont aujourd’hui convertis en volumes splendides et apaisants, constitués par un chapelet épars de rochers gigantesques que l’on peut découvrir tout au long de parcours balisés. Premier gisement granitique d’Europe, ce pays est celui des carriers exploitant cette pierre somptueuse.

Le Sidobre n’est pas qu’un environnement privilégié, c’est aussi une terre de mémoire où l’histoire des hommes est marquée plus qu’ailleurs par la géographie. Comme tout rempart naturel, il permet de vivre caché, donc heureux, et d’exercer librement sa croyance. Dans une moindre mesure au temps des cathares, dont certains se retirèrent ici pour fuir l’Inquisition, puis plus intensément au XVIIe siècle, lorsque l’Eglise réformée française eut à subir les affres de la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV. Le Sidobre fut alors le refuge du calvinisme persécuté et l’est demeuré longtemps après les dragonnades de Louvois, comme l’atteste l’édifiant musée du Protestantisme à Ferrières. Catholiques dans la plaine, protestants dans la montagne.

Enfin, sous l’occupation allemande, puisque le terrain permit de former les maquis de Vabre, qui devinrent le corps franc du Sidobre, avant de rejoindre les FFI en 1943. Des maquis forts en symboles puisque celui qui libéra Castres en 1944 naquit de la fusion des Eclaireurs israélites de France avec les Eclaireurs unionistes de France (protestants).

Terre de résistance, donc, comme en témoigne un art de vivre en osmose avec son terroir, l’intimité des villages secrets, la dignité des habitats enracinés dans la pierre, mais aussi la franche hospitalité de ceux qui savent recevoir l’étranger un peu perdu dans cette jungle tranquille et qui vient, pour ainsi dire, demander refuge.

La probabilité de passer par le Sidobre pour le Français courant relève de l’hypothèse mineure, jusqu’au jour où il décide de franchir l’Agout pour se livrer à cet espace captivant, voire bouleversant par moments, qui se révèle à ceux qui savent écouter, voir, toucher, sentir et goûter. Personne n’est jamais parvenu à prendre le Sidobre. Il se donne de lui-même à ceux qui le comprennent. Bonne promenade.

Avis des randonneurs sur cette balade

Evaluation des randonneurs sur cette balade

0/5
0
  • Superbe balade !
    0
    (0 votes)
  • Un bon moment
    0
    (0 votes)
  • Peut mieux faire
    0
    (0 votes)
  • Je n'ai pas aimé
    0
    (0 votes)
  • J'ai détesté
    0
    (0 votes)
Laissez votre avis !
Donnez une note à cette balade
(5 étoiles : balade parfaite !)
Votre commentaire a bien été envoyé

Vous aimez Se-balader ? Soutenez-nous !


Likez-nous aussi sur Facebook, merci !