PrevNext

Gémenos - En piste pour la glacière de Bertagne

Bouches du Rhône - Gémenos
Gémenos - Aire de stationnement sur la D2
Niveau
:   
  • 1
Durée :   03h00
Distance :   5.8 km
Dénivelé :   337 m
Balisage :   jaune et rouge / jaune (retour)
Environnement :   Campagne
Enfants :   Adapté
Type d'activité :   A pied

Découvrez la balade : Gémenos - En piste pour la glacière de Bertagne

N'en déplaise aux amoureux de Sainte-Victoire, ce massif peint jusqu'à l'obsession par Cézanne n'abrite pas le point culminant des Bouches-du-Rhône. Le fameux pic des Mouches (1 011 m) est en effet coiffé sur le poteau par son homologue dominant le massif de la Sainte-Baume : le pic de Bertagne (1041 m).

Lire la suite

Vous avez une idée de parcours ?

Créez un tracé avec le logiciel de circuit Se-balader.

Créer son parcours

Présentation détaillée de la balade : Gémenos - En piste pour la glacière de Bertagne

N’en déplaise aux amoureux de Sainte-Victoire, ce massif peint jusqu’à l’obsession par Cézanne n’abrite pas le point culminant des Bouches-du-Rhône. Le fameux pic des Mouches (1 011 m) est en effet coiffé sur le poteau par son homologue dominant le massif de la Sainte-Baume : le pic de Bertagne (1041 m). S’avançant, telle une proue de navire au-dessus des collines qui s’étirent entre les “Bouches” et le Var, il s’impose d’ailleurs comme l’un des grands classiques à conquérir pour de nombreux randonneurs. Toutefois, mieux vaut avoir de bonnes jambes pour le rejoindre et avoir le privilège d’apprécier le magnifique panorama offert sur toute la région. Pour notre part, c’est juste en-dessous, au niveau de la glacière éponyme que nous avons choisi de nous rendre, un itinéraire plus approprié aux familles.

Avec pour rampe de lancement, l’aire de stationnement aménagée sur la D2 (celle-là même qui relie Gémenos au Plan d’Aups, 2,4 km au-dessus du Parc de Saint-Pons) avec un panneau du Conseil général servant d’excellent repère. On franchit alors la barrière (direction “La glacière”), et une fois n’est pas coutume, nous entamons notre périple… par une descente sur une large piste. Face à nous, le pic de Bertagne offre sa silhouette massive alors que les barres rocheuses, couvertes d’un tapis végétal assez ras d’où émergent quelques pins, nous entourent de part et d’autre. Un premier carrefour se présente au niveau d’une citerne enterrée (N.69). On suit alors le sentier qui s’enfonce à droite dans un sous-bois (balisage jaune) particulièrement frais avec ses chênes verts, avant de déboucher sur un chemin dominant le Gour de l’Oule.

Puis, c’est une alternance de passages tantôt ombragés, tantôt en balcon (attention d’ailleurs aux enfants) qui se succèdent tandis que le chemin devient de plus en plus caillouteux. En sus, s’il “grimpouille” doucement, l’ascension est constante et propose, en parallèle, quelques vestiges de four à chaux et d’anciennes charbonnières. Après environ 1h20 de marche, on s’oriente sur la gauche (c’est toujours bien balisé en jaune) pour cheminer sur des escarpements rocheux. Toute la vallée de Saint-Pons s’offre à notre regard alors qu’à l’horizon, la mer scintille sous le soleil d’automne.

Un panneau “La Glacière, 200 m” nous annonce que l’arrivée à cet ouvrage en pierre sèche est proche. Effectivement elle est là, avec son trou d’une vingtaine de mètres, comblé toutefois en partie depuis son abandon. Bien que l’usage de la glace à rafraîchir ait été un luxe pratiqué depuis la haute Antiquité, en Provence, ce n’est qu’au XVIIe siècle que deux marchands obtiennent de Louis XIII le privilège exclusif de construire des glacières et de vendre la glace entre Marseille et Toulon. De nombreux sites sont ainsi érigés dans le massif de la Sainte-Baume, dont celui de Bertagne, aménagé au pied du Pic. Si d’ailleurs les plus courageux n’hésiteront pas à le rejoindre (comptez une grosse demi-heure en suivant le balisage jaune et jaune/ rouge), nous entamerons, de notre côté le chemin du retour, en empruntant le sentier très étroit qui se faufile à la gauche de la glacière (balisage en pointillés jaunes puis bleus). On progresse en lacets dans le vallon, au milieu des essences typiquement méditerranéennes tout en appréciant le paysage qui s’étire jusqu’à Cassis et Marseille. Attention toutefois où vous mettez les pieds, car la descente est rocheuse en diable. Après environ un quart d’heure de ce régime, on retrouve le chemin, également très rocailleux avec son double balisage (jaune et rouge/ jaune) qui fend le tapis de garrigue avant de s’enfoncer dans un nouveau sous-bois. Un panneau “Abbaye et Parc de Saint-Pons” indique la direction à suivre qui, dans un premier temps, nous emmène sur la D2, qu’il va falloir longer durant 200m environ. Puis, on est invité à replonger dans le vallon et à suivre le sentier qui permet de rejoindre la citerne enterrée et au final la piste empruntée au départ pour retrouver le parking.

Avis des randonneurs sur cette balade

Evaluation des randonneurs sur cette balade

0/5
0
  • Superbe balade !
    0
    (0 votes)
  • Un bon moment
    0
    (0 votes)
  • Peut mieux faire
    0
    (0 votes)
  • Je n'ai pas aimé
    0
    (0 votes)
  • J'ai détesté
    0
    (0 votes)
Laissez votre avis !
Donnez une note à cette balade
(5 étoiles : balade parfaite !)
Votre commentaire a bien été envoyé

Vous aimez Se-balader ? Soutenez-nous !


Likez-nous aussi sur Facebook, merci !