PrevNext

Guise - La "désolation" enchantée

Aisne - Guise
Guise - Rue André Godin
Niveau
:   
  • 1
Durée :   03h00
Distance :   10 km
Dénivelé :   59 m
Balisage :   
Environnement :   Campagne
Enfants :   Non adapté
Type d'activité :   A pied

Découvrez la balade : Guise - La "désolation" enchantée

Entre souvenirs sanglants de la bataille de Guise et les paysages bucoliques de la Thiérache, cette randonnée de 10, 6 km au cœur offre à voir et à penser.

Lire la suite

Vous avez une idée de parcours ?

Créez un tracé avec le logiciel de circuit Se-balader.

Créer son parcours

A voir à proximité

 

Présentation détaillée de la balade : Guise - La "désolation" enchantée

Lundi 14 juillet 2014, Guise, dans le nord est du département de l’Aisne. Les drapeaux tricolores sont de sortie, sous un ciel enfin teinté de bleu. Des cris d’enfants s’échappent depuis la salle des fêtes ou des animations ont été organisées dans le cadre de la fête nationale. Le calme et l’insouciance sont de rigueur.

Il y a près d’un siècle, pourtant, les aïeux de ces jolies têtes blondes vivaient l’apocalypse. Les 28 et 29 août 1914, Guise et ses environs furent le théâtre d’une des premières grandes batailles de la Grande Guerre. En deux jours, 7 000 soldats allemands et français tombent sous le feu de l’artillerie.

C’est sur les traces de cet événement majeur et pourtant, relativement oublié des manuels d’histoire, que la Fédération de randonnée de Picardie a imaginé cette boucle de 10,6 kilomètres. L’affrontement sanglant, que les Allemands ont dénommé la « bataille de Saint-Quentin », se déroule en fait au sud de Guise, entre Origny-Sainte-Benoîte, aujourd’hui connue pour sa sucrerie, et le village de Le Sourd.

« On entend pleurer les enfants et se lamenter les mères »

Mais c’est à Guise que se trouvent les témoignages de cette bataille. Après le monument de la 5ème armée française, inauguré en 1929, la randonnée bifurque vers le bien nommé cimetière de la « Désolation » où reposent des centaines de victimes. De là, un chemin permet d’accéder au point de vue sur un plateau dégagé.

D’ici, les notes de Charles Ghewy, gérant de ferme qui nota dans des cahiers, jour après jour, les événements de la grande Guerre, prennent soudain un puissant relief : « Quel tableau ! Partout dans la plaine, des soldats, des chevaux, des canons, des colonnes. Des milliers de fugitifs. Guise est évacuée depuis midi et les gendarmes font ce qu’ils peuvent pour parer au désordre (…) Le canon tonne, de plus en plus rapproché, pendant que le grand pont de Guise saute. Des incendies partout en direction de la vallée. On entend pleurer les enfants et se lamenter les mères. »

En arpentant ces chemins herbeux, parfois jalonnés de haies généreuses, on imagine mal le spectacle de désolation qui s’abattit sur ces terres de la Thiérache. Car cette randonnée « guerrière », qui se termine au pied de l’utopique Familistère Godin, offre aussi de vrais moments de paix. C’est le cas, notamment, dans le beau village d’Audigny, où les vieilles maisons de briques et de craie de la rue des Marronniers conduisent à une petite église restaurée.

s généreuses, on imagine mal le spectacle de désolation qui s’abattit sur ces terres de la Thiérache. Car cette randonnée « guerrière », qui se termine au pied de l’utopique Familistère Godin, offre aussi de vrais moments de paix. C’est le cas, notamment, dans le beau village d’Audigny, où les vieilles maisons de briques et de craie de la rue des Marronniers conduisent à une petite église restaurée.

Avis des randonneurs sur cette balade

Evaluation des randonneurs sur cette balade

0/5
0
  • Superbe balade !
    0
    (0 votes)
  • Un bon moment
    0
    (0 votes)
  • Peut mieux faire
    0
    (0 votes)
  • Je n'ai pas aimé
    0
    (0 votes)
  • J'ai détesté
    0
    (0 votes)
Laissez votre avis !
Donnez une note à cette balade
(5 étoiles : balade parfaite !)
Votre commentaire a bien été envoyé

Vous aimez Se-balader ? Soutenez-nous !


Likez-nous aussi sur Facebook, merci !