PrevNext

La Ciotat, Toute la lumière sur la Ciotat

Bouches du Rhône - La Ciotat
La Ciotat - Le port
Niveau
:   
Durée :   01h30
Distance :   2 km
Dénivelé :   17 m
Balisage :   aucun
Environnement :   Ville
Enfants :   Adapté
Type d'activité :   A pied

Découvrez la balade : La Ciotat, Toute la lumière sur la Ciotat

Partez à la découverte de la ville des «Pères» du cinéma, du berceau de la pétanque et des chantiers Navals.

Lire la suite

Vous avez une idée de parcours ?

Créez un tracé avec le logiciel de circuit Se-balader.

Créer son parcours

Présentation détaillée de la balade : La Ciotat, Toute la lumière sur la Ciotat

 Partez à la découverte de la ville des «Pères» du cinéma, du berceau de la pétanque et des chantiers Navals.

Elle figure au registre des communes depuis 1429 et sa séparation de Céreste, qui jusque-là, s’étendait jusqu’à ce Golfe d’Amour que le Mistral se plaît à épargner. Elle a inspiré quelques poètes, à l’image de Lamartine qui, un jour de 1832 déclara : « Peu de sites m’ont autant frappé, autant alléché par mes voyages. La Ciotat, c’est un mélange de grâces et de formes, qui forment la beauté accomplie dans l’harmonie des éléments comme dans l’être animé et pensant ».

Bien entendu, le visage de cette ville, a depuis quelque peu évolué, si ce n’est subi une franche mue. En se bonifiant par endroits, s’industrialisant par d’autres, mais conservant au passage une identité, qui n’a pas manqué de réveiller chez certains leur âme créative. En la circonstance, on pense aux frères Louis et Auguste Lumière, qui en 1894 ont imaginé leur appareil, à la fois caméra et projecteur, restituant le mouvement sur un écran. Quelques mois plus tard, l’Éden (qui sera entièrement restaurer pour mai 2013) devint le théâtre de la première séance de cinéma. Plusieurs sites rendent d’ailleurs hommage à ces deux inventeur: l’arc de triomphe sur le bord de mer, une plaque commémorative à la gare où a été tourné le premier film de l’histoire « L’entrée du train en gare de La Ciotat », l’Espace Michel Simon et enfin le musée que vous pourrez découvrir au gré d’une déambulation qui vous permettra d’apprécier les facettes de la ville.

Commençons par le port ou plutôt les ports et ses énormes portiques, qui sont autant de témoignages des chantiers navals florissant qui animaient les lieux durant des décennies. En remontant le quai, l’ancienne mairie (abritant aujourd’hui le musée) avec sa « tour de fanal » attirera votre regard avant de poursuivre vers l’église ND de l’Assomption. Depuis 2005, il abrite le Christ de l’île Verte (réalisé par le sculpteur Jean de Bologne en 1821) retrouvé par hasard par un pêcheur. N’hésitez pas à la contourner pour aller jeter un coup d’oeil sur la porte de l’Hôtel Grimaldi sis au 18 rue des Abeilles avant de rejoindre la place Sadi Carnot, sans doute l’une des plus charmantes, animée jusqu’en 1953, par la halle aux poissons. C’est d’ailleurs vers une autre ancienne halle, à l’architecture métallique construite en 1832 par un disciple d’Eiffel, M. Delestrade, et transformée quelques années plus tard (1913) en cinéma, que vous mettrez le cap avant de revenir par la place Esquiros, encadrée par les deux chapelles édifiées par les PénitentsNoirs.

Si sur la place du Théâtre, avec la salle Saint-Jacques (son nom actuel) inaugurée en 1883 et celle de la Liberté, avec son monument dédié aux droits de l’homme et de la liberté soufflent respectivement un vent artistique et historique, en revenant sur la rue des Poilus, c’est une plongée dans la vie actuelle d’une cité provençale, avec ses boutiques et marchés, qui vous est offerte.

Enfin, l’arrivée sur le parvis de la chapelle des Pénitents Bleus (tour à tour hospice, lieu de culte, d’expo…) vous rappelle que la mer n’est pas très loin. L’île Verte (la seule boisée des Bouches-du-Rhône) ou le Parc du Mugel non plus. N’hésitez pas aller flâner dans les allées de cet oasis de 12 hectares où se côtoient plantes méditerranéennes, aromatiques et d’autres plus exotiques.

Le site est d’autant plus enchanteur qu’il surplombe une calanque, crique et anse dont l’intimité et l’aspect sauvage confèrent un indéniable charme, le tout dominé par les rochers de poudingues du “Sec” à la belle couleur rosée. Osez grimper jusqu’au belvédère et profiter d’un panorama grandiose à 82 m à pic au-dessus de l’eau.

 

Avis des randonneurs sur cette balade

Evaluation des randonneurs sur cette balade

0/5
0
  • Superbe balade !
    0
    (0 votes)
  • Un bon moment
    0
    (0 votes)
  • Peut mieux faire
    0
    (0 votes)
  • Je n'ai pas aimé
    0
    (0 votes)
  • J'ai détesté
    0
    (0 votes)
Laissez votre avis !
Donnez une note à cette balade
(5 étoiles : balade parfaite !)
Votre commentaire a bien été envoyé

Vous aimez Se-balader ? Soutenez-nous !


Likez-nous aussi sur Facebook, merci !