PrevNext

Lautaret - À fond la descente

Hautes Alpes - Lautaret
Le Monêtier-les-Bains - Col du Lautaret
Niveau
:   
Durée :   00h00
Distance :    km
Dénivelé :   600 m
Balisage :   
Environnement :   
Enfants :   Non adapté
Type d'activité :   A pied

Découvrez la balade : Lautaret - À fond la descente

Dominé par la crête de Chaillol à gauche (2 739 m) et le Pic blanc du Galibier, le col du Lautaret est une légende dans l'univers de la petite reine. Et depuis quelques années, c'est le monde des vététistes qui le plébiscite, à travers des itinéraires qui les autorisent à « vivre » le montagne autrement, associant le plaisir du grand air, de fabuleux panoramas et l'opportunité de faire le plein d'émotions.

Lire la suite

Vous avez une idée de parcours ?

Créez un tracé avec le logiciel de circuit Se-balader.

Créer son parcours

Présentation détaillée de la balade : Lautaret - À fond la descente

Dominé par la crête de Chaillol à gauche (2 739 m) et le Pic blanc du Galibier, le col du Lautaret est une légende dans l’univers de la petite reine. Et depuis quelques années, c’est le monde des vététistes qui le  plébiscite, à travers des itinéraires qui les autorisent à « vivre » le montagne autrement, associant le plaisir du grand air, de fabuleux panoramas et l’opportunité de faire le plein d’émotions. Nul besoin d’ailleurs d’être un sportif émérite pour s’offrir cette escapade d’une douzaine de kilomètres entre le col trônant à 2058 m sur la ligne de crêtes séparant Alpes du Nord – Alpes du Sud et le village de Mônetier-les-Bains. « Des gamins de 8 à 10 ans, qui pratiquent un peu de VTT, sont tout à fait capables d’emboiter le pas de leurs parents sur cet itinéraire » affirme d’ailleurs Xavier Buffet de «Vélo Nature – Centre VTT de Serre Chevalier ».

Toutefois, avant d’attaquer les 600 mètres de dénivelé à travers tous les étages de la végétation montagnarde, on ne saurait trop vous conseiller de contempler les fabuleux points de vue qui vous sont offerts depuis ce col du Lautaret, avec en face de vous le glacier éponyme, les sommets enneigés de la Meije. Et ce d’autant plus, que dès les premiers coups de pédale, vous allez être invités à tourner le dos à ce décor de carte postale.

Mais rassurez-vous, d’autres se présenteront au fil de la descente, que vous débuterez en empruntant la route (direction Serre-Chevalier) durant une petite centaine de mètres pour rejoindre le véritable sentier de VTT (un panneau de balisage évite toute erreur) qui traverse les alpages. Attention cependant, car la première partie est particulièrement caillouteuse. D’ailleurs, ceux qui ne se sentent pas encore très en jambes ou ont quelques problèmes d’équilibre seront bien inspirés de mettre pied à terre pour aborder le virage à droite en toute sécurité. Puis, le chemin change totalement d’aspect. La roche cède la place à l’herbe et c’est alors sur une véritable « moquette » que l’on chemine tout en plongeant gentiment vers la vallée. Une passerelle, enjambant le torrent de Roche Noire se dresse alors sur la route. Nous allons la traverser avant de rejoindre une bifurcation qui croise la route qui mène au Galibier. On poursuit tranquillement notre itinéraire à travers les alpages, tout en faisant attention aux troupeaux de vaches et surtout aux marmottes fort nombreuses durantles beaux jours. Si les enfants ne manqueront pas de vous demander de faire une pause, elle sera également bienvenue pour profiter des vues sur le « massif des Cerces » mais aussi la vallée de Serre-Chevalier qui se révèle avec ses nombreux hameaux et villages en enfilade.

On poursuit sur la rive gauche de la Guisane – rivière qui prend sa source au col du Lautaret et se jette dans la Durance – avant de rallier l’ancien hameau d’alpage « La Madeleine » où l’on peut découvrir les vestiges de l’hospice, qui servait de relais du temps où l’on franchissait le col du Lautaret à cheval. Le chemin, pour sa part, devient plus roulant, carrossable même, avec des creux et des bosses qui ne cessent de se succéder jusqu’à quelques encablures du Lauzet, où là c’est une petite montée qu’il va falloir avaler. Rien de bien méchant avant la découverte de ce hameau, le premier d’ailleurs à compter des habitations permanentes de la vallée que nous allons traverser. N’hésitez pas à vous offrir une halte pour découvrir l’ancien four banal, les maisons rustiques ou la chapelle Saint-Joseph et son traditionnel toit de lauzes et admirer le panorama sur l’Aiguillette du Lauzet.

La route vous entraînera ensuite vers « Les Broussardes » avant de basculer sur la rive droite. Le changement de décor comme d’ambiance sera alors radical, avec une alternance de passages en sous-bois – notamment à l’abri des mélèzes – et à travers les prés de fauche. Attention : restez bien sur les sentiers, car les agriculteurs du coin n’apprécieraient pas vraiment vous voir rouler sur leurs champs. Puis ce sont « Les Cassets », avec ses habitations traditionnelles qui se dressent sur le chemin, alors que la « Montagne des Agneaux » et le glacier vous toisent de toute leur hauteur.

L’arrivée n’est plus très loin. Mais plutôt que de rejoindre directement Mônetier les- Bains, soit par la rive gauche, soit par la rive droite, profitez des deux lacs – et de leurs aires de pique-nique aménagées – pour faire une nouvelle pause. A moins que vous ne préfériez vous attabler dans cet établissement typique de montagne qu’est « Chez Finette » pour vous requinquer. Mais quelle que soit l’option choisie, voilà une jolie façon de ponctuer cette descente et découverte du Briançonnais.

Avis des randonneurs sur cette balade

Evaluation des randonneurs sur cette balade

0/5
0
  • Superbe balade !
    0
    (0 votes)
  • Un bon moment
    0
    (0 votes)
  • Peut mieux faire
    0
    (0 votes)
  • Je n'ai pas aimé
    0
    (0 votes)
  • J'ai détesté
    0
    (0 votes)
Laissez votre avis !
Donnez une note à cette balade
(5 étoiles : balade parfaite !)
Votre commentaire a bien été envoyé

Vous aimez Se-balader ? Soutenez-nous !


Likez-nous aussi sur Facebook, merci !