PrevNext

Mane, Prieuré et belles plantes

Alpes de Haute Provence - Mane
Mane - parking de la Maison du pays
Niveau
:   
Durée :   02h30
Distance :   8 km
Dénivelé :   80 m
Balisage :   aucun
Environnement :   Ville
Enfants :   Adapté
Type d'activité :   A pied

Découvrez la balade : Mane, Prieuré et belles plantes

Superbement entretenues par une association d'anciens pèlerins, qui à force d'huile de coude a rouvert des sentiers envahis par une végétation trop exubérante, ces portions de l'itinéraire Rome – Saint-Jacques permettent d'aller se perdre à l'envie dans ce pays de Forcalquier, où le randonneur est roi.

Lire la suite

Vous avez une idée de parcours ?

Créez un tracé avec le logiciel de circuit Se-balader.

Créer son parcours

Présentation détaillée de la balade : Mane, Prieuré et belles plantes

Ce chemin n’appartient à personne, sinon à ceux qui sont en ce moment en train de le parcourir, ajoutant leurs pas aux centaines de millions de pas de ceux qui les ont précédés dans les siècles passés »… Voilà ce que l’on peut notamment lire sur l’une des brochures décrivant les différentes étapes du chemin de Compostelle dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Superbement entretenues par une association d’anciens pèlerins, qui à force d’huile de coude a rouvert des sentiers envahis par une végétation trop exubérante, ces portions de l’itinéraire Rome – Saint-Jacques permettent d’aller se perdre à l’envie dans ce pays de Forcalquier, où le randonneur est roi. Il est vrai que le paysage vallonné s’y prête. Et le maillage de circuits conforte ce sentiment, qui d’ailleurs nous habitera tout au long de notre balade. Un allerretour entre le Prieuré de Salagon et la Tour Porchère, sans difficulté aucune et bourré de jolies surprises. Partis du parking Musée et Jardins de Salagon (que l’on visitera à notre retour), on emprunte la bande d’asphalte pendant deuxtrois cents mètres environ, avant de bifurquer à gauche au niveau de l’oratoire et suivre le sentier caillouteux qui descend dans le vallon de la Laye, celui-là même utilisé autrefois par les paysans. Les chênes et ronces qui s’y épanouissent avec une belle générosité ne dissimulent pas toutefois les restes du mur bâti dans la roche avec ses anciens « arcs de décharge » que nous longeons jusqu’à la route où notre regard est happé par Salagon et un peu plus loin Mane trônant sur sa butte. « L’ancien Moulin Sec », qui en a encore le nom mais pas vraiment l’allure, constitue un excellent repère. Il nous faut le contourner pour se rendre sur l’un des joyaux du patrimoine local : le pont roman. Construit au XIe-XIIe, cet ouvrage contemporain du Prieuré, révèle trois remarquables arches ainsi qu’une rampe toute caladée. On le traverse avant de gravir les marches de pierre restaurées et prendre un peu de hauteur sur la route bordée de chênes. Forcalquier, à l’horizon, montre le bout du nez ou plutôt la silhouette de sa citadelle, alors que nous tournons, au niveau des arbres peut-être les plus majestueux de tous, vers la gauche pour se retrouver sur un délicieux chemin. Aménagé par « Les amis de Saint-Jacques », on y longe en sous-bois un manège d’équitation avant d’apercevoir les coupoles de Saint-Michel l’Observatoire.

Le pont que nous sommes invités à franchir nous entraîne du côté des anciennes « carrières de Mane » (site privé) qui a servi à construire le village, les remparts, le Prieuré et le pont. Pour découvrir ces blocs de pierre – pour la plupart tagués – dévoilant de profondes cicatrices, il nous faut nous écarter du GR une fois le panneau

« Tour de Porchère, 1 km, 0h15 » dépassé. A la patte d’oie suivante, on tourne vers la droite et 50 mètres plus loin, la carrière s’y dévoile. Attention aux enfants, une chute est vite arrivée. Au loin, la vue sur les pré-Alpes est très belle, alors qu’on retrouve tranquillement le GR qui nous amène à la Tour Porchère. Grange puis tour de guet, elle a été depuis transformée en une chapelle qui abrite le tombeau de Léon Berluc Perrussi (historien, poète, écrivain). Une petite pause devant cette propriété privée est alors bienvenue avant de rebrousser chemin pour partir à la découverte de ce fabuleux site que sont le musée et les Jardins de Salagon.

Si, bien-sûr, l’église romane avec ses chapiteaux, ses voûtes en ogives ou ses vitraux (oeuvres de l’artiste Aurélie Nemours) qui lui apportent une touche contemporaine et le Prieuré de style Renaissance ravissent le regard, les jardins et le musée captivent l’intérêt de tout visiteur.

Commençons par les expos permanentes, qui nous convient, au fil des salles, à plonger dans l’histoire des lieux, puis dans l’univers de la lavande, du forgeron et du tonnelier.

Continuons par les jardins, tous plus originaux les uns que les autres, et qui racontent une histoire, d’ici et d’ailleurs, entre plantes et sociétés. Si le jardin Médiéval évoque, à travers 400 variétés, l’esprit et l’usage des végétaux à cette époque, on poursuit la visite à travers ceux des simples, du chêne blanc, des temps modernes avec les évocations des grandes migrations internationales et enfin le petit dernier, celui des senteurs. Cet espace privilégie le plaisir des yeux, de l’odorat et du toucher en suivant cinq parcours olfactifs. Avec, à l’arrivée, de jolies révélations.

Avis des randonneurs sur cette balade

Evaluation des randonneurs sur cette balade

0/5
0
  • Superbe balade !
    0
    (0 votes)
  • Un bon moment
    0
    (0 votes)
  • Peut mieux faire
    0
    (0 votes)
  • Je n'ai pas aimé
    0
    (0 votes)
  • J'ai détesté
    0
    (0 votes)
Laissez votre avis !
Donnez une note à cette balade
(5 étoiles : balade parfaite !)
Votre commentaire a bien été envoyé